Le MAC/VAL, à Vitry-sur-Seine, inaugure le 9 mars prochain son nouvel accrochage, consacré aux visions de l’avenir. À cette occasion, Emmanuelle et moi avons mené une « visite gustative », dans le prolongement de notre jeu « Et Toque ! » : il s’agissait d’appréhender les œuvres du musée par le biais de la cuisine. Le public était nombreux au rendez-vous. J’espère qu’il a apprécié cette visite, comme nous nous sommes amusées à l’imaginer (voir l’article sur la préparation de cette visite).

Voici un résumé en images du parcours…

Le Fabricant de rêve, Thierry Fontaine (2008)

Ingrédient : noix de cajou à la truffe

thierry fontaine

L’objet imaginé et photographié par Thierry Fontaine (une noix de coco transformée en ballon de football), évoquait un rêve de réussite à l’heure du sport mondialisé. En écho à ce thème, le visiteur pouvait déguster des noix de cajou (brésiliennes, donc…), dont certaines étaient parfumées à la truffe, pour un petit goût de luxe. Certaines noix étaient en revanche sans parfum, et le choix offert au visiteur traduisait avec un peu d’humour la sélection qui attend généralement les aspirants footballers.

La danse du scalp, Annette Messager (2011)

Ingrédients : chips violettes et pétales de roses

MACVAL

Pour traduire l’idée de mise en scène et l’atmosphère occulte de l’installation, le visiteur était invité à se prêter à un rituel, consistant à manger une chips sous l’un des « scalps » et à faire un vœu. La légèreté de la chips évoque le souffle des ventilateurs placés au sol, et sa couleur violette déplace le caractère ordinaire de l’aliment.

Bascule et Vent +++, Fabrice Hyber (2006)

Ingrédient : pâte de pistache pure

Deux lithographies (Bascule et Vent +++) de Fabrice Hyber représentaient des arbres plantées dans des culbutos (ces jeux de bascule où un personnage, placé sur une demi-sphère, se redresse perpétuellement). Une façon de suggérer la résilience de la nature. Le goût naturel et très persistant de la pâte à pistache évoquait cette idée. Le dispositif de présentation, avec des tubes et des pinceaux, proposait d’apprécier, avec ironie, la texture de la peinture.

L’arbre et le lierre, Pierre Malphettes (2010)

Ingrédients : sirop de violette, eau, colorants

malphettes

L’arbre et le lierre colorait l’ensemble de la pièce par sa lumière verte. Des verres d’eau, laissés sur place par inadvertance, se sont aussi vus modifiés dans leur composition et teintés de couleurs. Dans cette boisson, l’arôme naturel de la violette était en opposition avec l’artificialité de ces teintes. Ce contraste traduisait l’association entre la forme apparemment naturelle de l’arbre, et les matériaux transformés qui le constituaient dans la sculpture de Pierre Malphettes.

 

Dans la salle suivante, consacrée aux visions futuristes de la ville, le visiteur était invité à choisir un bonbon sous la forme de papillotes : les petits mots d’habitude placés dans des papillotes étaient ici remplacées par des messages sur l’avenir – le thème général de l’accrochage, – dans le style d’un horoscope. Le fait de choisir une papillote dont on ignore le message fait écho aux choix dans la vie et à leurs conséquences parfois inattendues.

La dernière étape du parcours proposait de composer des titres de plats appropriés à une œuvre librement choisie par le visiteur, à partir d’ingrédients tirés au sort. Le Paramour de Jean-Luc Verna illuminait cette salle. Une petite fille l’a interprété comme un « gâteau d’anniversaire, avec des bougies et du champagne »… Pas mal, non ?

Le nouvel accrochage du MAC/VAL, Vivement demain !, sera entièrement ouvert le 9 mars 2012. Jusqu’à présent, seul le rez-de-chaussée était visible. Certains événements y sont liés.

Je profite de ce billet pour remercier chaleureusement les visiteurs, l’équipe des publics du MAC/VAL, ainsi que notre fournisseur, Esprit Gourmand.